Terrains pour villas

Terrains pour villas

Le prix d’un terrain à bâtir est essentiellement fonction de sa localisation : proximité d’une grande ville, zone résidentielle, proximité d’importantes voies de communications (train, tram, bus, métro). Dans notre civilisation de la vitesse, ces dernières acquièrent une grande importance et plus on se rapproche des gares I.C. et des accès d’autoroutes, plus les prix au m² sont élevés.

Mais sachez aussi qu’une fois sorti des embouteillages de la grande ville, dix kilomètres d’autoroute supplémentaires sont avalés en cinq minutes à peine. Mieux : ces kilomètres supplémentaires sont susceptibles de représenter une sérieuse économie à l’achat, tout en vous permettant, peut-être, de vous installer dans une zone plus champêtre.

Bien sûr, beaucoup de terrains à bâtir en Belgique sont inclus dans un lotissement. De ce fait, ces parcelles sont viabilisées, c’est-à-dire que vous aurez eau, électricité, parfois gaz de ville, parfois égouts. Mais vous devrez répondre strictement aux injonctions du règlement propre au lotissement qui a valeur obligatoire et qui impose des zones de recul, mais, en outre, le gabarit à respecter, la nature, voire la couleur des matériaux.

Bien entendu, les terrains situés en dehors d’un lotissement échappent à ces règlements particuliers parfois bien contraignants. Leur statut est beaucoup moins évident. Dès lors, il convient de prendre quelques précautions en s’assurant qu’ils sont bien constructibles.

Le territoire de la Belgique est en effet couvert par des plans de secteur qui morcellent géographiquement le territoire en zones rurales, vertes ou industrielles. Il faut donc que le terrain pressenti soit situé en zone d’habitat. Vous devez aussi savoir quels sont les règlements d’urbanisme communaux. Enfin, pour certains quartiers, il existe aussi des plans particuliers d’aménagement auxquels vous ne pourrez pas échapper.

Dans ce cas, ne retardez pas votre visite aux services de l’urbanisme de la ville ou de la commune. Tout cela vous sera clairement expliqué.

 

Le cas du terrain que vous envisagez d’acquérir n’est pas très clair ? Même les fonctionnaires communaux ne s’y retrouvent pas ? Cela arrive. Sachez que vous pouvez toujours faire la demande « d’un certificat d’urbanisme N° 2 » qui est une demande de principe sur base d’un schéma très succinct de ce que vous voudriez faire. Vous, ou votre architecte dresserez ce schéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *